Ressources Financières d’une Entreprise

Les ressources financières d’une entreprise permettent cette dernière de financer le cycle d’exploitation et d’investissement d’une entreprise. Avant sa création, le propriétaire d’une idée de la création d’une entreprise doit mettre en œuvre certaines ressources pour développer son idée. Puis suivra la mise en œuvre de ces idées en cherchant les actionnaires et les investisseurs dans son entreprise. Mais aussi, pendant la période des investissements, l’entreprise va avoir besoin des moyens nécessaires.

Dans cet article, je veux me forcer de faire une brève analyse sur les ressources financières d’une entreprise en faisant une analyse sur les différentes sources de financement qu’une entreprise dispose et les conséquences de ces sources de financement.

Dans la pratique, les cycles d’exploitation et d’investissement d’une entreprise donnent lieu à une différence temporelle dans les flux de trésorerie. Les employés et les fournisseurs doivent être payés avant que les clients ne s’installent. De même, les investissements doivent être complétés avant qu’ils génèrent des recettes. Naturellement, ce déficit de trésorerie doit être comblé. C’est le rôle des ressources financières d’une entreprise. Le but des ressources financières est simple : elles doivent couvrir les déficits résultant de ces différences temporelles en fournissant à la société des fonds suffisants pour équilibrer ses flux de trésorerie.

Sources des ressources financières d’une entreprise

Ces ressources financières sont fournies par des investisseurs : actionnaires, débiteurs, prêteurs, etc. Ces ressources financières ne sont pas fournies sans contrepartie. En échange de l’apport des fonds, les investisseurs espèrent être ensuite récompensés en recevant des dividendes ou des intérêts, en enregistrant des gains en capital, etc. Cela ne peut se produire que si les cycles d’exploitation et d’investissement génèrent des flux de trésorerie positifs. Dans la mesure où les investisseurs financiers ont rendu possible les activités d’investissement et d’exploitation, ils s’attendent à recevoir, sous différentes formes, leur juste part des excédents de trésorerie générés par ces cycles.

Les actionnaires : la première source des ressources financière d’une entreprise

A la base, le principe serait de financer ces déficits uniquement en utilisant des capitaux qui encourent le risque de l’activité. Ce capital est connu sous le nom d’avoir des actionnaires. Ce type de ressource financière constitue la pierre angulaire de tout le système financier. Son importance est telle que les actionnaires lui accordent des pouvoirs de décision et de contrôle de l’entreprise de différentes manières. Du point de vue du flux de trésorerie, le cycle des capitaux propres comprend les entrées d’augmentations de capital et les sorties de capitaux sous la forme de paiements de dividendes aux actionnaires.

La banque comme source de financement de l’entreprise

Il arrive dans la plus part de cas, qu’une entreprise ne possède pas des moyens suffisant pour faire part aux  diverses dépenses liées à son exploitation. L’approche habituelle dans de telles circonstances est de parler à un banquier. Votre banquier ne vous consentira un prêt que s’il croit que vous serez en mesure de rembourser le prêt avec intérêt. Les prêts bancaires peuvent être à court terme dans ce cas nous pouvons parler facilités de caisse ou de découvert ou à long terme.

Une entreprise qui décide de demander aux prêteurs plutôt qu’aux actionnaires de l’aider à couvrir une pénurie de liquidités. Ainsi, les banquiers ne prêteront des fonds qu’après avoir soigneusement analysé la santé financière de l’entreprise. Ils veulent être presque sûrs d’être remboursés et ne veulent pas être exposés aux risques de l’entreprise. Ces pénuries de liquidités peuvent être à court terme, à long terme ou même permanentes, mais les prêteurs ne veulent pas prendre de risques commerciaux. Le capital qu’ils fournissent représente le capital de la dette de l’entreprise.

Dans le cadre de connaitre Le cycle de la dette, ce dernier se présente de la manière suivante : l’entreprise prend des dispositions pour contracter des emprunts en échange d’un engagement de remboursement du capital et de paiement d’intérêts, indépendamment de l’évolution de ses cycles d’exploitation et d’investissement. Ces engagements représentent des engagements fermes garantissant que le prêteur est certain de récupérer ses fonds à condition que les engagements soient respectés. Cette définition s’applique à la fois pour le financement pour le cycle d’investissement, avec l’augmentation des recettes nettes futures destinées à couvrir les remboursements de capital et les paiements d’intérêts sur les emprunts; et pour le financement du cycle d’exploitation, avec un crédit permettant de faire remonter certains flux ou de différer certaines sorties.

Du point de vue du flux de trésorerie, la vie d’une entreprise comprend un cycle d’exploitation et un cycle d’investissement, conduisant à un flux de trésorerie libre positif ou négatif. Si le flux de trésorerie disponible est négatif, le cycle de financement couvre le déficit de financement. Comme le futur est inconnu, une distinction doit être faite entre : l’équité, où le seul engagement est de permettre aux actionnaires de bénéficier pleinement du succès de l’opération et de capital de la dette, où le seul engagement est de rembourser les capitaux et les paiements d’intérêts indépendamment du succès ou de l’échec de l’entreprise.

Le risque encouru par le prêteur est que cet engagement ne sera pas respecté. Théoriquement, la dette peut être considérée comme une avance sur les flux de trésorerie futurs générés par les investissements réalisés et garantis par les capitaux propres de la société.

Le placement à court terme

Bien qu’une entreprise doive recueillir des fonds pour financer des investissements, elle peut aussi trouver à un moment donné qu’elle a un excédent de trésorerie, c’est-à-dire que les fonds disponibles dépassent les besoins de trésorerie. Ces fonds excédentaires sont ensuite investis dans des placements à court terme et des titres négociables qui génèrent des revenus, appelés revenus financiers. Ces investissements sont généralement réalisés dans le but d’assurer la possibilité d’une sortie très rapide sans risque de pertes. La dette et les placements financiers à court terme ou les titres négociables ne doivent pas être considérés indépendamment l’un de l’autre, mais comme inextricablement liés.

Conclusion

Nous sommes à la fin de cet article qui a parlé sur les ressources financières d’une entreprise. Nous avons vu qu’une entreprise dispose de deux sources pour se financer. La première est le fonds propre des actionnaires qui naturellement doivent avoir des dividendes sur le fonds qu’ils ont donné dans l’entreprise et la deuxième est le recourt à un crédit bancaire qui lui aussi doit être rémunérer par les intérêts. Nous avons aussi vue qu’il peut arriver que dans une entreprise, les moyens financiers deviennent de plus en plus élevé, et l’entreprise se trouve dans l’incapacité de les utilisés, alors il peut faire recourt au placement.

Add Comment