Insolvabilité d’une entreprise : les 2 Astuces à Connaitre

L’insolvabilité d’une entreprise est la situation par laquelle l’entreprise ne parvient pas à faire face aux différents engagements qu’elle a pris avec les tiers. Dans la gestion de chaque jour de l’entreprise, l’objectif de tous les gestionnaires est de rendre l’entreprise plus bénéfique. Ainsi, les gestionnaires sont obligés à connaitre les différentes astuces pour une bonne gestion. Avec l’évolution des activités de l’entreprise, cette dernière est obligée de recourir aux différents mode de financement des activités dont le plus souvent est le découvert. Ainsi, par manque de la liquidité, une entreprise peut devenir insolvable vis-à-vis.

Dans cet article, je veux me forcer de développer un certain nombre de scénarios possibles pouvant amener l’entreprise à des difficultés de trésorerie et jusqu’à la rupture des paiements qui est l’insolvabilité. Pour que cette situation d’insolvabilité apparaisse dans l’entreprise, plusieurs causes sont à l’origine, dont dans cet article, je veux me forcer de donner uniquement les causes de l’insolvabilité que arrivent souvent dans les entreprises.

L’origine de l’insolvabilité

Connaitre l’origine de l’insolvabilité dans une entreprise, c’est faire une analyse plus détaillée de la situation financière de cette dernière. Ainsi, avec le temps, les dirigeants d’une entreprise peuvent penser que la gestion est dans une bonne marché mais dans la réalité l’entreprise est dans une mauvaise posture du point de vue financier. Parmi ces causes, je peux distinguer deux sortes des causes, dont les causes internes et externes. Ainsi, permettez-moi de vous faire une brève analyse des causes interne de l’insolvabilité.

Causes internes de l’insolvabilité

Parmi les causes internes de l’insolvabilité, permettez de vous présenter les principales causes de l’insolvabilité au niveau interne dans une entreprise.

Stagnation, insuffisance d’activité, mévente

Le ou les produits de l’entreprise atteignent la phase de maturité. Mais le marché commence à être saturé. L’entreprise a du mal à vendre. L’argent rentre mal, le chiffre d’affaire devient insuffisant pour couvrir convenablement les charges fixes qui sont devenues importantes. Pour relancer l’activité, l’entreprise accorde des crédits aux clients plus longs pour s’assurer de leur fidélité. Le besoin de financement du cycle d’exploitation est plus important. Les difficultés de trésorerie apparaissent.

Le cas de l’entreprise naissante est un peu semblable, dans la mesure où l’activité est faible au démarrage. Mais, normalement, la prévision du besoin de financement du cycle d’exploitation devrait tenir compte du fort besoin en stocks et en crédits clients et donc éviter à l’entreprise ces difficultés de trésorerie.

Croissance incontrôlée provoquant l’insolvabilité

L’entreprise est en pleine croissance, le marché s’emballe, la rentabilité est excellente mais les difficultés proviennent de la gestion du besoin en fonds de roulement. Le service de la facturation ne suit pas, l’administration n’arrive pas à faire payer les clients faute de moyens pour les relancer, les stocks sont pléthoriques et mal gérés. Le financement d’un accroissement de besoin en fonds de roulement n’ayant pas été prévu, c’est la trésorerie qui prend le choc. L’entreprise n’arrive plus à payer ses fournisseurs. Elle est insolvable.

Rentabilité insuffisante, mauvais contrôle des coûts

L’entreprise ne contrôle plus ses coûts. Le poids des charges de personnel devient trop important, les prix des sous-traitants ne sont plus surveillés. Les pertes s’accumulent et les fonds propres deviennent faibles. La capacité d’emprunt est réduites et, de ce fait, les banques ressentent le risque et se montrent plus réticentes lors de demandes de prêts. La trésorerie devient insuffisante pour faire face aux échéances de paiements.

Rattrapage d’investissement

L’entreprise était pendant quelques années leader sur son marché. Elle n’a donc pas cru bon d’investir. Mais ses équipements ont vieilli, ses coûts ont augmenté et, bien évidemment, le marché s’est ouvert et sont apparus des concurrents. L’entreprise réagit et investit. Ses besoins financiers sont donc importants et, comme les actionnaires n’acceptent pas de participer, l’entreprise est contrainte de faire appel aux banques. Dans le cas où celles-ci sont réticentes et faute de ressources suffisantes, l’entreprise est obligée de prélever sur sa trésorerie pour financer ses investissements. Il vient des difficultés de trésorerie et de ce fait un financement des immobilisations par des crédits courts. Le coût du financement est très élevé et la rentabilité s’en ressent, l’engrenage est amorcé, l’entreprise devient insolvable.

Surinvestissements

L’entreprise réussit. L’avenir paraît clair. Dans l’euphorie d’une période de croissance, elle se lance, sans doute un peu par vanité, dans des projets d’investissements grandioses. Les besoins financiers sont très importants pour financer les investissements mais la rentabilité est-elle certaine ? Les banquiers l’ont compris et n’assurent pas un financement total de ce projet. Un prélèvement sur la trésorerie allié à une rentabilité insuffisante ne permet pas à l’entreprise de faire face à ses échéances de remboursement. L’engrenage est amorcé, l’entreprise va vers l’insolvabilité.

Causes externes de l’insolvabilité

Les causes externes sont dans la plus part des cas, liée à la situation externe qu’une entreprise ne peut pas parvenir à contrôler à son niveau. Et même si les dirigeants de l’entreprise peuvent analyser certaine situation qui se passe au niveau externe, il y a toujours des risques majeurs qu’ils ne peuvent pas contrôler.

Faillite d’un client

L’entreprise a toujours intérêt à diversifier sa clientèle : si, par exemple, le principal client, représentant un pourcentage important du chiffre d’affaire, a des difficultés de trésorerie, il est évident que le poste client va rapidement gonfler et mettre l’entreprise elle-même en difficulté. On a vu de cette manière des cas de faillites en chaîne dans un secteur donné.

Mauvais service après-vente

L’entreprise connaît une forte augmentation de son chiffre d’affaires. La rentabilité est bonne. Mais elle n’a pas les moyens de suivre sa clientèle et d’assurer un bon service après-vente. La clientèle est mécontente et ne paie pas ses factures. Les rentrées de trésorerie se font mal et l’entreprise ne peut plus payer ses fournisseurs. Les difficultés de trésorerie apparaissent.

Retrait d’une banque

L’entreprise s’appuie de manière structurelle sur des crédits bancaires à court terme pour financer son besoin en fonds de roulement comme escompte commercial, ou découvert bancaire. Si, pour une raison quelconque, la banque est amenée à retirer sa confiance, l’entreprise ne pourra plus faire face à ses paiements. L’effet se fait sentir ici directement sur la trésorerie.

Effondrement de la demande

Une partie de la demande à l’entreprise disparaît. Assez curieusement, dans un premier temps. Mais, plus tard, les objectifs commerciaux n’étant pas atteints, l’entreprise voit sa rentabilité baisser, ses stocks augmenté et donc son besoin en fonds de roulement de plus en plus dur à financer. Faute d’un appui bancaire, l’entreprise ne pourra pas faire face à ses paiements.

Saisonnalité de l’activité mal maîtrisée

L’entreprise a une activité saisonnière. En période de sous-activité, l’entre- prise ne vendant pas suffisamment se trouve ne pas avoir assez de trésorerie pour pouvoir faire face à ses échéances.

Conclusion

Je suis à la fin de cet article qui a parlé sur les différentes causes l’insolvabilité qui peut se produire dans une entreprise. Dans cette analyse, ensemble nous avons vu qu’il existe deux sortes principales des situations qui peuvent pousser une entreprise à se retrouver dans l’insolvabilité. Dont une interne et l’autre externe. La situation interne peut être contrôlée dans la plus part des cas par l’entreprise, mais la situation externe est difficile à contrôler.

Add Comment